La CFDT mobilisée !

mardi 21 septembre 2010
popularité : 4%

Lors de la première rencontre, nous fîmes part au président des raisons de la colère des salariés et de notre détermination à faire bouger les choses.
La réalité sociale actuelle rencontrera toujours une forte opposition de la part de la CFDT jusqu’au retour à une situation dite « normale ». Le PDG reconnut que certaines erreurs ont pu être commises, mais qu’il notait une amélioration. Selon lui, la CFDT devait laisser le temps à la
Direction et éviter de céder aux pulsions de la surenchère et du conflit à outrance. La position de la CFDT paraissait pour lui quelque peu exagérée et incompréhensible sur certains aspects. Notre PDG est libre de le penser. La CFDT a aussi le droit d’agir et l’obligation de défendre les salariés. Nous refusons l’immobilisme et le statu quo syndical d’une majorité de partenaires sociaux qui préfèrent éviter de se brouiller avec la direction, gangrenés qu’ils sont dans leur soumission rigide et leur paraître nauséabond.

La seconde réunion porta sur la situation des salariés des Services
Clients. L’extraordinaire mobilisation des salariés en juin, suite à l’appel de la CFDT majoritaire dans ce secteur, déclencha cette rencontre. L’équipe CFDT composée d’un représentant par établissement passa au crible les difficultés rencontrées par les Téléconsultants. M.PIECHOWSKI
s’engagea à apporter desréponses favorables sur certains points et nous faire un rapide retour.

La CFDT a indiqué que les belles paroles et les chants des sirènes ont fait leur temps. Nous attendons des changements sur le fond : des propositions devant être faites au plus tard début octobre !

De manière générale les différents échanges, négociations, tenues de réunions depuis le mois de mai n’ont servis à à¢â‚¬Â¦RIEN. La direction continuant de parader et de fanfaronner, jouant du pipeau jusqu’à s’en user les doigts. En définitive, la direction coule du ciment et bétonne. Elle renforce ses fondations et structure sa politique. Le dernier mail de M. PIECHOWSKI ne fait que rappeler aux naà¯fs le but de ce chantier et la forme du monument. Dans une situation normale, ce mail n’aurait pas eu une telle ampleur antisociale. Il serait simplement passé pour une directive à l’adresse des managers leur rappelant les efforts à réaliser pour atteindre les objectifs fixés. Là , cela prend une autre tournure, plus pesante, plus malsaine, plus inquiétante encore, car :

- Comment dialoguer avec un sourd ?
- Comment négocier avec un aveugle ?
- Comment construire avec un dynamiteur ?

Si la direction a poliment pris acte du message de la CFDT, elle n’a, pour l’instant, pas reculé d’un pouce sur le coeur de sa politique. Productivité, rendement, maîtrise des coà »ts, économies et chiffre d’affaires restent à ce jour son seul credo. La direction use donc de la carte de la fermeté en jouant avec les limites de sa propre élasticité. Jusqu’au point de rupture garanti !

Commission Primes Trimestrielles Services Clients et Exploitation

Plusieurs réunions et puisà¢â‚¬Â¦ rien. La CFDT insista sur l’absolue nécessité d’augmenter cette prime, de récompenser un peu mieux les présents sans enlever plus aux absents, de réviser les critères afin de coller à la réalité.
Il fallait aussi créer une bibliothèque des critères dans laquelle les managers puiseraient pour définir des objectifs réalistes. Devant notre refus d’accepter l’aggravation des critères et la mise en place de pénalités supplémentaires pour les salariés en maladie, la direction a tout simplement mis fin aux échanges. Tout était une nouvelle fois joué d’avance. La CFDT l’avait prédit et écrit.

Négociations classifications

La direction a décidé d’aborder ce sujet au travers d’une énième commission ! Elle propose de débuter par les services clients. Soit ! La CFDT prépare le dossier depuis des mois. Il serait inacceptable que la direction arrive le 27 septembre, avec les mains vides puisqu’elle prépare le sujet depuis trois ans ! Mais soyons honnêtes. Nous n’attendons pas grand-chose de ces réunions. La direction jouant son air favori : tout prendre, ne rien donner et rouler les syndicats et les salariés dans la farine.

Soyons pourtant un tantinet optimistes. La direction a promis d’être à notre écoute alorsà¢â‚¬Â¦ rêvons !

Négociations GPEC à Geopost

La CFDT a réussi, malgré toutes les tentatives de sabordage de FO et de la CFTC, à déclencher l’ouverture d’une négociation GPEC à Geopost. Négocier de tels accords cadres au niveau du groupe Geopost est une
nécessité et une garantie pour les salariés. Les syndicats FO et CFTC étant contre par peur de perdre les énormes avantages que leur procure la GPEC à Chronopost. Le prix de leur silence complice ! Quand on vous dit qu’il y a quelque chose de pourri à chronopost.

Dans les prochains jours, la CFDT expliquera en détail sa vision d’une GPEC à Geopost, de la nature des négociations et du déroulement de ces dernières. La prochaine réunion étant fixée au 22 septembre.

Grève des retraites

La CGT Chronopost appelle à une journée d’action solidaire pour le 23 septembre. Son credo, « unis nous serons plus forts » est un beau slogan quand il est fidèle aux actes.

A cela, deux problèmes majeurs :
- La CFDT avait proposé à la CGT de s’associer au mouvement social du mois de juin. Elle s’y refusa préférant s’allier à FO et la CFTC pour rédiger une seule pétition dans les services clients, pétition qui ne déboucha surà¢â‚¬Â¦rien !
- Aujourd’hui la CGT invite les autres syndicats à prendre leurs responsabilités le 23 septembre, jour de la grève interprofessionnelle et intersyndicale sur les retraites. Pour la CFDT, mélanger les problèmes des salariés Chronopost avec le problème des retraites est une erreur.
Nous ne la ferons jamais ! C’est un mélange des genres que nous ne cautionnons pas. Refuser de s’allier à la CFDT au mois de juin pour un mouvement national dans le but de défendre les salariés et se rapprocher ensuite de FO et de la CFTC uniquement pour les services clients est incompréhensible pour le commun des mortels !

La CGT doit se positionner et ne pas tout mélanger. Se positionner dans l’action syndicale avec la CFDT. Nous lui tendons la main. Ensemble, nous pourrions faire reculer la précarité, défendre le pouvoir d’achat et les conditions de travail des salariés, lutter contre les inégalités. Pour cela, elle doit clairement couper ses alliances indigestes passées avec FO. Clairement se positionner POUR où CONTRE les salariés.

Pour la CFDT le 23 septembre est un appel intersyndical et interprofessionnel face au projet de réforme des retraites et des inégalités qui ne feront que s’amplifier.

La CFDT appelle les salariés de toutes les entreprises et du public à se mobiliser en force pour faire reculer le gouvernement.


Documents joints

Tract complet en PDF
Tract complet en PDF