Compétitivité : des mesures injustes et inefficaces

mardi 14 février 2012
popularité : 6%

Pour lutter contre l’endettement, toutes les politiques économiques conduites dans les pays de la zone euro utilisent les mêmes recettes de rigueur et d’austérité budgétaire. Résultatà¢â‚¬â€° : la croissance est proche de zéro, l’activité s’effondre et le chà´mage flambe. Sans parler du pouvoir d’achat des ménages qui est rogné de toutes parts avec une inflation renaissante et des dépenses contraintes en hausses continuelles.

Choisir d’augmenter la TVA risque d’accentuer encore la détérioration du pouvoir d’achat et d’avoir des effets délétères sur la croissance. C’est pourquoi la CFDT est opposée à toute augmentation de la TVA qui est non seulement injuste socialement mais inefficace économiquement.

Cette hausse de la TVA va frapper particulièrement les plus modestes et mêmes les classes moyennes, car ce sont ceux qui affectent l’essentiel de leurs revenus à la consommation. C’est un cadeau de plus de 13 milliards d’euros aux entreprises sans la moindre contrepartie ni le moindre engagement sur les prix, les salaires ou l’emploi.

Dans cette période de crise difficile pour les entreprises, la CFDT ne nie pas que la question de la compétitivité soit importante car c’est elle qui garantit l’emploi et le pouvoir d’achat des salariés. Mais nous ne pensons pas que le coà »t du travail soit déterminant dans le recul continue de l’industrie française. Ce recul correspond davantage aux retards pris dans les domaines de la recherche et de l’innovation, de la montée en gamme de certaines productions, de la formation et de la qualification... De plus, une baisse des cotisations patronales sur la famille aura un effet marginal sur les prix et sera sans effet par rapport à la compétition avec les pays émergents.

La CFDT propose un autre moyen pour améliorer la compétitivité des entreprises et financer dans le même temps la protection sociale. Elle préconise un transfert important des cotisations sociales sur la CSG, compensé au niveau salarial, permettant de dégager des marges pour redistribuer les gains sur des hausses de salaire, l’investissement, la formation...

àƒâ€°videmment, les 35 heures ­à¢â‚¬â€œà¢â‚¬â€°qui ont la peau dureà¢â‚¬â€°à¢â‚¬â€œ reviennent pour la énième fois servir de bouc émissaire facile pour expliquer la désindustrialisation de notre pays. Or, tout le monde sait que les 35 heures ont permis d’adapter les rythmes de production aux besoins des entreprises dans le cadre de contrats passés avec les salariés sur leur temps de travail. Déroger à la loi sur les 35 heures par des accords d’entreprise à¢â‚¬â€œà¢â‚¬â€°dits Accords compétitivité-emploià¢â‚¬â€°à¢â‚¬â€œ serait dangereux et la CFDT ne l’acceptera jamais.

Sur ce dossier, comme sur d’autres, nous ne nous laisserons pas imposer le rythme d’un candidat. C’est cela aussi être ni neutre ni partisan.


Brèves

2 décembre 2015 - Pour adhérer !

Après avoir rempli le bulletin d’adhésion, renvoyez le à :
CFDT SF3C
23 rue (...)