LA COUPE EST PLEINE !

vendredi 13 avril 2012
popularité : 3%

Voilà plusieurs mois que les organisations syndicales et tout particulièrement la CFDT interpellent la direction de Néopress Direct afin de répondre aux multitudes interrogations de ses personnels. Le temps est venu de passer à l’action, car au regard des différents accords d’entreprise, Néopress Direct comme Média presse d’ailleurs, font que les conditions de travail, la rémunération, des indemnités de toutes sortesà¢â‚¬Â¦.(la liste est longue), sont bafouées par la direction.

Monsieur le DRH, sous couvert de la direction se targue de mettre en place de « beaux accords d’entreprises » mais dans la réalité embrouille suffisamment les choses, souvent se référant à des directives dans le portage presse, pour ne pas tenir compte de la réalité du terrain et des attentes des salariés !

Si la CFDT s’est engagée dans la démarche de structurer ce secteur d’activité, et faire preuve de patience en négociant une normalité dans le secteur du portage presse, il devient urgent que les salariés se réveillent, se mobilisent et fassent un temps soit peu confiance aux organisations syndicales, pour enfin, faire appliquer dans l’entreprise les nouvelles règles et en contrà´ler la mise en à…“uvre...

Trois axes nous paraissent incontournables :

L’organisation du travail des porteurs

L’entreprise a mis en place un nouveau système pour calculer la charge du porteur de presse, avec un étalonnage qui doit prendre en compte la totalité des activités de chaque tournée et le retraduire en rémunération, c’est à dire le salaire que devra toucher le salarié. Dans tous les cas de figures, les salariés devaient mieux comprendre leur fiche de paie, être mieux rémunérer car toutes les activités sont comptabilisées et les erreurs de distributions devaient disparaître. Que nenni ! Rien de tout ça ! Les jours se suivent et se ressemblent. Les porteurs connaissent toujours des problèmes sur leur tournée : charge non prise en compte, étalonnage mal réalisé (un seul étalonneur pour deux cent tournées cherchez l’erreur), une distribution avec plus de 600, 700à¢â‚¬Â¦ exemplaires, des dépassements horaires pour un grand nombre de salariés, l’impossibilité de tout distribuer dans une vacation, donc terminer sa distribution le lendemain matin y compris le dimanche, tout cela, car le travail organisé par la direction a été bâclé. L’impact sur les conditions de travail devient dramatique, avec des outils mal adaptés pour transporter les journaux, des véhicules surchargés, un mal de dos constant, bref une dégradation constante alors que là aussi la direction prà´ne son accord d’entreprise. Ne soyons pas dupe, les outils existent (les accords d’entreprises) mais il faudra à tout à chacun que vous les fassiez appliquer.

La rémunération : salaire, primesà¢â‚¬Â¦

L’entreprise ne se préoccupe pas du bien être de ses salariés. La situation sociale et économique, depuis plusieurs mois, montre que les salariés sont de plus en plus en difficulté. A Média presse les difficultés sont doubles, les porteurs contribuent à l’essor de l’entreprise, plus de clients, plus de journaux, mais les salaires restent à l’identique, voire diminuent quand l’étalonnage et le calcul des tournées sont très mal effectués.
Les augmentations salariales sont peaux de chagrin alors que la direction pointe et nous renvoie aux négociations du GREPP, l’accord signé en février 2012 est de deux centimes d’euros en plus (9,24à¢â€šÂ¬).

Pourquoi Néopress Direct n’applique pas cette grille, alors que systématiquement la direction en fait référence ? Quant aux IK, c’est dément la façon dont l’entreprise occulte tous les problèmes et difficultés des porteurs, aujourd’hui se sont eux qui financent le transport des journaux à Néopress Direct. Nous revendiquons une prime exceptionnelle de 300à¢â€šÂ¬ minimum et une revalorisation des salaires.

Porteurs de Presse réveillez-vous !

Pour Conclure : Néopress Direct, dans les rencontres régulières que nous avons, nous donne comme sentiment de jouer la montre ! En effet, dans toutes les négos, congés, organisation du travail, étalonnage des tournées y compris NAO, (2010, 2011)à¢â‚¬Â¦ n’auront apporté que très, très peu d’augmentation et peu d’amélioration des conditions de travail. Tout cela renforce notre sentiment que Néopress Direct ne souhaite pas mettre de moyens pour répondre aux attentes de ses salariés. « LA COUPE EST PLEINE » ces quelques mots reflètent bien le contexte, pour inverser la situation il faut prendre les « armes syndicales », et se révolter par un mouvement de force qui obligera l’entreprise à négocier sur deux points : Les salaires et les conditions de travail ! C’est possible, unissons nos forces !

- DS CFDT : Romain HOUEKPONHOUDE