NAO 2013 : Grande illusion ou Grande désillution ? La CFDT ne signe pas l’accord

samedi 6 avril 2013
popularité : 3%

Ce n’est pas « La Grande Illusion » réalisé par Jean RENOIR en 1933 véritable chef d’oeuvre du cinéma. Ce n’est que la fin d’une illusion, une pitoyable négociation sur les salaires 2013. Quoi qu’en dise les signataires CGT, CGC et FO, cet accord n’est pas à la hauteur des enjeux. Il en découle deux réalités.

La première est de créer un clivage entre salariés.
Pour permettre aux Ouvriers/Employés d’obtenir des augmentations quasi identiques à l’année dernière, les Agents de Maitrises et les Cadres auront été les grands sacrifiés. La seconde étant que la parole de la direction est déloyale et peu fiable.

Quitte à mentir et à revenir sur ses engagements. L’illusion marque l’accord 2013.
Dans le contexte social économique d’aujourd’hui avec un pays en récession, un paysage syndical à deux vitesses, les signataires de cet accord vont à nouveau faire croire qu’il est porteur d’avancées sociales, alors que la stratégie de leur centrale est de laminer le dialogue social sur le plan national. La CFDT persiste et signe, les nouveaux droits donnés aux salariés grâce aux accords compétitivité et emploi, ne se reflète pas dans l’accord NAO 2013. Pire, il acte des baisses de salaires pour une catégorie de salariés avec des primes qui disparaissent, et demain la « sous-traitance » dans les HUB, remettra en cause la variable emploi avec des disparitions de postes de travail. Ce sera aussi, grasse au DUO, le maintien dans l’entreprise des temps partiels imposésà¢â‚¬Â¦

La CFDT s’y oppose et veut encadrer par accord toutes situations évolutives de notre entreprise. L’accord NAO 2013 est le prémisse des contradictions des OS signataires. Décortiquons-le et comparons-le à 2012 :

PNG - 43.4 ko

Il est vrai que l’augmentation générale pour les Ouvriers/Employés se situe dans la moyenne par rapport à la politique salariale du groupe. Elle est quasi identique à 2012 alors que l’entreprise fait plus de résultats ! Mais le 0% absolu pour les Maitrises est un précédent inacceptable et un recul salarial manifeste. En les abandonnant, les signataires portent une lourde responsabilité. Les Maitrises avaient obtenu en 2012 entre 1% et 1,5% d’augmentation générale. Idem pour une trentaine de Cadres (inférieurs à 2600à¢â€šÂ¬) avec 1%. L’accord 2013 marque un coup d’arrêt. En matière d’augmentation générale et en prenant en compte les 3 catégories professionnelles, l’accord 2013 est donc inférieur à 2012. La CFDT ne pouvait donc pas s’engager dans un accord discriminant et réducteur. Décision fidèle à la position de feu « l’inter syndical » qui avait arrêté une position de principe : « Impensable de signer un accord inférieur à l’année précédente et 2,5% d’augmentation générale pour tous ».
Cherchez là¢â‚¬Ëœerreur !!!

PNG - 41.1 ko

Une enveloppe globale de 2,2% issue des masses salariales ne veut pas dire une augmentation pour tous. Ce constat est issu des expériences passées y compris de 2012. Les syndicats n’ont aucune maitrise sur la « bonne » répartition de cette enveloppe. Cela restera dans la majeure partie des cas, une augmentation « à la tête du client » et n’engage nullement la direction à dépenser toute l’enveloppe. C’est pour cela que la CFDT souhaite limiter au maximum les augmentations au mérite au bénéfice d’une augmentation générale qui garantit l’évolution et la constance salariale ! Historiquement le taux de distribution concernera en moyenne une Maitrise sur deux, idem pour les cadres. Les autres n’auront absolument rien ! Par contre, nous pouvons déjà annoncer que des Maitrises des agences de Lille, Creil, Corbas, Montpellier, Marignaneà¢â‚¬Â¦, auront certainement des augmentations au mérite. Liste évoquée par FO au dernier CE et qui demandait à la direction d’avoir un regard « attentif » sur ces établissements.
Voilà ce pourquoi la CFDT se battra toujours contre le favoritisme et contre le copinage.

Augmentation des primes trimestrielles :

- Primes Trimestrielles des Ouvriers/Employés de l’Exploitation : passent de 183à¢â€šÂ¬ hors bonus (219à¢â€šÂ¬ si bonifiée à 30%) à 240à¢â€šÂ¬ brut (3 parts de 80à¢â€šÂ¬ chacune). Le bonus de 30% est supprimé.
- Primes Trimestrielles des AM de l’Exploitation : passent de 335à¢â€šÂ¬ hors bonus (401à¢â€šÂ¬ si bonifiée à 30%) à 450à¢â€šÂ¬ brut (3 parts de 150à¢â€šÂ¬ chacune). Le bonus de 30% est supprimé.

Mesures qui ne prendront effet qu’au 01 Juillet et donc l’éventuel bénéfice versé au 31 Novembre 2013

- Primes Trimestrielles des REQ du service client : passent de 335à¢â€šÂ¬ à 450à¢â€šÂ¬ bruts.
- Primes trimestrielles des Conseillers Clientèles du service client : passent de 335à¢â€šÂ¬
à un intéressement commercial trimestriel de 600à¢â€šÂ¬ maximum.
- Primes Trimestrielles Référent Formateur du service client : passent de 275à¢â€šÂ¬ à 330à¢â€šÂ¬ bruts.

Mesures qui prendront effet au 01 Avril

La suppression du bonus, l’intégration du processus d’augmentation des primes dans les NAO 2013, la mise en avant de l’augmentation des primes des Maitrises pour justifier du 0% de l’augmentation générale ainsi que le chantage effectué d’augmenter les primes en échange de la signature de l’accord NAO 2013 (propos de la direction le Jeudi 14 Mars) était inacceptable et intolérable. A l’ origine l’augmentation était prévue pour le 01 Juin 2012. La direction reculant la date jusqu’à l’intégré de force aux NAO 2013. Pour finir, appliquer ces augmentations au 01 Juillet pour la partie Exploitation était inadmissible. Plus de 16 mois de retard sur le calendrier initial.

Au final, nous avons appris que des groupes de travail (uniquement composés de membre de la direction) travaillaient depuis des mois sur le sujet. Les critères seront bien revus mais à la sauce DRH. Ce qui veut dire, « durcissement » des critères, donc difficulté à atteindre les objectifs et par déclinaison incapacité à percevoir 100% des primes ! Ces augmentations ne sont qu’un leurre qui ne rapportera rien aux salariés.

Ce qui est aussi porté par les signataires et acté aujourd’hui, se sont les disparitions des primes trimestrielles des conseillers clientèles, éléments essentiels et constant dans la rémunération.

Autres mesurettes :

- La valeur numéraire des Tickets Restaurants passe de 7à¢â€šÂ¬ à 7,50à¢â€šÂ¬ (dont 20cts à la charge du salarié)
- Les admissions cantine (Siège et Gentilly) passent de 4,03à¢â€šÂ¬ à 4,43à¢â€šÂ¬
- L’Indemnité de repas Jour passe de 3,41à¢â€šÂ¬ à 4,20à¢â€šÂ¬
- L’Indemnité Casse Croute de Nuit passe aussi de 3,41à¢â€šÂ¬ à 4,20à¢â€šÂ¬
- La prime Transport DOM-TOM et Corse passe de 45à¢â€šÂ¬/mois à 50à¢â€šÂ¬/mois
- A partir de 25 ans d’ancienneté un jour de congé supplémentaire/an
- Augmentations des minimas A (+ 4,22à¢â€šÂ¬), B (+ 24à¢â€šÂ¬) et E (+46à¢â€šÂ¬). Oubliés les C et D !!!

Cela ne concernera que les futurs salariés et tous ceux embauchés après le 01 Avril 2012.

La valeur de ces augmentations n’a d’égal que le ridicule. Nous en sommes réduits à accepter l’aumà´ne de nos dirigeants ? On ne parle plus en Euros mais en centimes d’Euros. Ne valons-nous pas plus que ces piécettes que l’on nous jette comme des morts de faim ? Certains diront que se sont de « réelles avancées ». D’autres que l’accord 2012 était moins bon. Nous refusons cet amalgame. Si encore les augmentations générales étaient à la hauteur des attentes des salariés et des résultats de l’entreprise. Même pas ! Et ce n’est pas le jour de repos supplémentaire pour 25 ans d’ancienneté qui changera la donne. Il s’agit même d’une erreur. Il sera très difficile, voire quasi impossible dans le futur, d’obtenir des avancées entre 21 et 24 ans d’ancienneté.

Le jeu en valait-il la chandelle ? Espérons que l’avenir nous donnera tord.
Il aurait été plus simple pour nous de signer cet accord en jurant avoir obtenu de nets progrès sur les primes trimestrielles et sur les augmentations tout en occultant la réalité et en nous asseyant sur nos valeurs. Nous avons fait le choix contraire. Fidèles à nos convictions et à nos principes.

La CFDT avait signé l’accord 2012. Décision d’une équipe, prise en fonction d’un tout, d’un accord équilibré. La promesse de la direction sur les primes trimestrielles était un plus. En trahissant sa parole et en intégrant malicieusement ce sujet dans les NAO 2013 avec des propositions salariales minimalistes sous couvert de chantage à la signature, la direction, déséquilibre l’accord 2013 et dévoile son vrai visage. Pour la CFDT, la fracture est nette !

Les NAO devraient normalement aussi porter sur les effectifs et l’emploi de la sous-traitance ainsi que sur l’égalité Homme/Femme. Tout ceci est passé à la trappe. Et pourtant certaines organisations syndicales signataires de l’accord 2013 comme la CGT n’hésitent pas aujourd’hui à lancer un mot d’ordre de grève pour le 09 Avril pour s’opposer à l’application par la loi de l’Accord National Interprofessionnel (ANI) et pour demander à Chronopost d’arrêter le développement de la sous traitance sur le dos des emplois des Chronopostiers ! On croit rêver ! Mais où était la CGT quand la CFDT avait proposé de lancer un préavis de grève pour peser sur les négociations à CHRONOPOST ? Certainement trop occupée à chauffer son stylo pour la signature ? N’y a-t-il pas un paradoxe de combattre l’ANI alors même que l’on signe un tel accord NAO à Chronopost ? L’évidence saute aux yeux.

Un accord est un tout et il est indivisible. L’accord 2013 est plombé par l’injustice, l’illusion et le déséquilibre. L’équipe CFDT ne pouvait cautionner cette réalité.

PDF - 544.8 ko
Tract en PDF