Comité d’Entreprise : Quelques évolutions en 2014

Chronopost
lundi 30 décembre 2013
popularité : 3%

Une réunion regroupant les membres du bureau du Comité d’Entreprise (secrétaire, secrétaire adjoint, trésorier, trésorier adjoint et la responsable des Å“uvres sociales) ainsi qu’un représentant par organisations syndicales, s’est tenue le lundi 18 novembre au siège. Cette réunion avait pour intérêt de travailler sur les Å“uvres sociales actuelles et voir les possibilités d’évolutions en fonction de la situation financière du Comité d’Entreprise, de la subvention de l’employeur et des attentes des salariés. L’objectif de la CFDT était de faire valoir nos revendications en termes de redistribution des Å“uvres sociales, et de sortir du dogmatisme du secrétaire du Comité d’Entreprise, pour enfin, entendre et intégrer les attentes de l’ensemble des acteurs.
Après discussion voici la situation financière et les évolutions prévues :

Bons d’achat de Noà« l et de Rentrée Scolaire : La CFDT, la CGC et SUD ont proposé et obtenu que l’à¢ge limite des bons de Noà« l soit porté à 16 ans (contre 14 actuellement) et avec une valeur portée à 70€ (contre 64€ actuellement) et l’à¢ge limite des bons de rentrée scolaire porté à 20 ans (contre 18 actuellement) avec là aussi une augmentation de sa valeur portée à 70€ (contre 64€ actuellement).

Bons d’achat de Noà« l pour tous les salariés : FO a proposé une augmentation de 60€, actuellement à 70€. L’ensemble des participants a donné son accord avec une mise en Å“uvre dès ce Noà« l.

Bons de naissances et de mariages :
Consensus pour leurs augmentations de 102€ à 110€.

La CFDT a proposé, une nouvelle fois, la réinstauration des séjours de vacances. Demande d’autant plus légitime car nombreux sont les salariés qui regrettent leurs suppressions brutales. C’est encore plus légitime devant cette fameuse réserve de trésorerie ainsi que face à notre proposition d’instaurer des nouveaux séjours moins onéreux avec une participation du comité d’entreprise. Oui c’est possible !

–º Par le passé pour un séjour de 15 jours, le CE prenait approximativement à sa charge entre 1500€ et plus de 2000€ et le salarié en moyenne 600€. Il est vrai que ces locations étaient tout de même d’un certain panache et dans des campings huppés, et tout le monde ne pouvait y accéder. C’était un gouffre financier, sans parler du mode d’attribution qui a tant fait couler d’encre !!!

–º La CFDT a proposé la création de séjours dans des campings privés 3/4 étoiles nettement moins onéreux que par le passé mais offrant des prestations de qualité et accessible à un plus grand nombre. Exemple : pour un séjour de 15 jours en camping 4 étoiles à Argeles/sur/Mer, le prix moyen étant de 1800€, le CE pourrait participer à hauteur de 50% du prix total et le salarié aurait à sa charge l’autre moitié.
Notre proposition s’est heurtée une nouvelle fois à un refus catégorique de la majorité des membres, FO en tête !!! Selon FO, cette prestation n’a plus de raison d’être.
La CFDT rappelle que le comité d’entreprise doit répondre, entre autre, aux demandes de l’ensemble des salariés notamment pour les plus précaires (dans la mesure de son budget), et non pas s’adresser seulement à une « caste  » bien plus aisée, comme dans le passé ! De plus, capitaliser sur le budget social pour en faire quoi ? La CFDT pose la question.
La CFDT a alors proposé l’augmentation des deux tranches de remboursement des vacances (locations, séjours d’Hôtel etc !) :

–º Pour les non imposables de 170€ actuellement à 200€
–º Pour les imposables de 120€ actuellement à 150€

Le secrétaire du CE un peu trop prudent à notre goà »t, proposa des augmentations inférieures soit :
–º Pour les non imposables 10€ de plus (de 170€ actuellement à 180€)
–º Pour les imposables 10€ de plus (de 120€ actuellement à 130€)

Une majorité des membres a donné son accord

En complément il a été décidé de rembourser sur ces deux mêmes barèmes les frais de transport, sur présentation de billet d’avion, train, bateau. Ce sera soit un remboursement de location, soit un remboursement des frais de transport.
La CFDT précise que l’ensemble des évolutions portées lors du CE ne seront applicables qu’à compter du 1er janvier 2014.

Entre prétention et démagogie : à force de jouer avec le feu, gare au retour de flammes !

– Utilisation du téléphone portable : La dernière de la CGT au CE de Septembre 2013, marque un brutal coup d’arrêt sur une « tolérance  » de mise depuis au moins 20 ans à Chronopost ; celle de l’utilisation d’un téléphone privé sur le lieu de travail. Sous couvert d’une soi-disante discrimination la CGT a voulu mettre la pression à la direction nationale pour permettre à des salariés de disposer de leurs portables sur leur lieu de travail. La direction en profita pour contourner le problème et présenta au CE de novembre une modification du règlement intérieur. Ainsi la direction instaure et/ou rappelle les règles suivantes :
– Le port sur soi-même d’un téléphone personnel est toléré pour l’ensemble des salariés de Chronopost sous certaines conditions,
– Les salariés peuvent conserver sur eux leurs téléphones personnels à la condition expresse de déclarer préalablement le numéro de série (n°IMEI) auprès de la direction
– En outre, un dispositif de contrôle visuel supplémentaire « étiquette autocollante  » sera adjoint pour faciliter le passage des salariés sur les sites disposant d’un Poste d’Inspection Filtrage.
La direction indique que le strict respect de cette procédure est indissociable de l’autorisation de port du téléphone personnel sur le lieu de travail. Ainsi, tout salarié ayant conservé son téléphone personnel sur lui sans l’avoir déclaré au préalable et le cas échéant sans avoir apposé le dispositif de contrôle visuel s’expose à des sanctions disciplinaires.

Demande d’une prime de 500€  : Tous les ans, la CGT nous sert et à la même sauce, la revendication d’une prime exceptionnelle de 500€. Chacun comprendra que cette revendication pourrait être légitime, si elle ne faisait preuve de démagogie envers les salariés et les autres organisations syndicales ! La CFDT conteste cette forme de communication, où la CGT s’octroi le monopole de cette revendication, laissant croire que eux seuls sont à même de faire évoluer la feuille de paie.

La CFDT tient à rappeler à nos collègues de la CGT que nous n’attendons pas les fins d’années pour nous réveiller. La CFDT est au cÅ“ur des revendications des salariés, lors des NAO, lors des négos sur toutes les primes, intéressement, 13ème mois !. sur tout ce qui se rapporte au salaire différé prime panier, ticket restaurent, budget reversé du CE !.), la liste est longue , mais les négos sont constantes, exigeantes et souvent efficaces. Nous pouvons donc dire sereinement, jamais la CGT s’est rapprochée de la CFDT pour construire une plate forme commune forte afin de porter cette revendication. Mentir et proposer des mirages aux salariés et tout bonnement malhonnête d’autant plus que la direction, s’appuyant sur le versement de l’intéressement et la participation, refuse année après année une telle idée. Nous laissons à chaque salarié(e) son propre jugement sur cette intox de fin d’année. Ce qui est sà »r c’est que nous ne croyons plus au Père Noà« l !.mais bien aux valeurs du rapport de force et de la négociation !.

La CFDT, une équipe à votre service pour la garantie de vos intérêts !
S’engager pour chacun, agir pour tous !


Documents joints

Chronopost CE déc.2013
Chronopost CE déc.2013