Accord local "collecte & départ" : Signer ou dénoncer ?

mardi 28 novembre 2006
popularité : 4%

L’accord local à¢â‚¬Ëœcollecte & bureau’ sera soumis à signature le mercredi 29 novembre.
Un accord qui répond à la nécessité d’encadrer les évolutions de la collecte, des départs et de la S3C dans le cadre du projet CQC. Sa logique est celle d’un compromis acceptable, seul à même d’ouvrir des perspectives aux agents et de construire l’avenir !

La CFDT se refuse de faire le choix stérile du « tout ou rien » ! Ce choix que certains syndicats privilégient reviendrait à donner un blanc-seing à la Poste. Le refus de s’engager sur la voie de la contractualisation est le signe évident d’une incapacité à prendre ses responsabilités et à les assumer. Ce chemin là , celui de l’immobilisme n’a pour seul effet que de laisser les agents isolés face aux décisions de la Posteà¢â‚¬Â¦

Aujourd’hui, le temps du boycott, de la non-signature, de la dénonciation à tout va est révolu. Les petits calculs à la petite semaine participent d’un choix idéologique qui n’a rien à voir avec le syndicalisme.
Au moment de s’engager, chacun devra appuyer ses choix sur des arguments concrets et ne pas s’enfermer dans la logique du à¢â‚¬Ëœtout ou rien’.

La CFDT signera cet accord et souhaiterait que cet accord soit majoritaire ! dans l’intérêt de toutes et de tousà¢â‚¬Â¦.

Un accord novateur !

Il laisse la possibilité aux agents de se déterminer librement !
Il eut été plus facile pour la CFDT d’adopter la politique de l’autruche et de laisser les choses en l’état. Mais tel n’est pas notre conception du syndicalisme !
L’action, l’engagement priment sur le conservatisme ! la liberté d’expression, l’émancipation priment sur les idéologies !

La CFDT a obtenu pour la Collecte :

- Le décalage d’un an sur la mise en place des nouveaux horaires.
- Le volontariat pour basculer sur les nouveaux horaires.
- Que les lignes reprennent pour l’essentiel l’ossature des anciennes lignes.
- Que les compensations en RC puissent être prises ou payés à des dates choisies.
- Le maintien d’un nombre de lignes identiques.
- Une attribution des lignes qui tiendra compte de la maîtrise des agentsà¢â‚¬Â¦

Bien évidemment, sur ce dernier point ( attribution des lignes ), des arbitrages pourront avoir lieu selon des critères bien définis.
Cet accord n’est qu’une étape, il n’est pas figé. Signer ne traduit pas un acte d’allégeance à la direction, il marque une capacité à répondre aux attentes des agents.
Nombreux sont ceux qui nous ont poussé après discussions à avancer des propositions. Cet accord est le leur, il s’inscrit dans le cadre d’un syndicalisme participatif ou la parole des agents doit être entendue.

Les choses sont claires, limpides : soit on signe un accord, soit on le dénonce !
Quand on ne signe pas un accord, c’est qu’il est jugé mauvais et on se doit de le dénoncerà¢â‚¬Â¦

Les conséquences : au même titre que l’accord CQC de Wissous ( non signé par le trio syndical CGT-SUD-FO mais qu’ils ne dénonceront pas de peur que les agents leur demandent des comptes ! ), les seuls signataires de l’accord pourront siéger au sein de la commission de suivi pour faire vivre cet accord, le corriger, l’amender, l’adapter aux changements.

Des signes encourageants à¢â‚¬Â¦

Les agents de collecte de Richepin se sont prononcés clairement pour la signature de cet
accord local.
Les agents de la collecte de Bonvin sont dans l’expectative ! Cette attitude montre bien, s’il en était encore besoin, que l’information circule mal dans ce service.
La CFDT a essayé d’expliquer les mesures contenues dans cet accord. D’autres syndicats se sont évertués a polluer la communication, à brouiller les cartes mais pour quels objectifs ?
Certains agents de Bonvin doivent pouvoir bénéficier d’un traitement identique à ceux de Richepin.
Les discussions en HMI nous ont permis de faire vivre cet accord, de l’enrichir, de l’étayer des remarques des uns et des autresà¢â‚¬Â¦.c’est ainsi que doit se construire une démarche syndicale !
Les conditions sont aujourd’hui réunies pour insuffler une nouvelle dynamique sur Bonvin et arriver à sortir d’un carcan syndical vieillissant qui verrouille tout !
Laissons les agents choisir librement, s’exprimer individuellement sur ce qui fait leur quotidien !

Conclusion :


Le syndicalisme se grandit dans la clarté et la cohérence.
Les postures des responsables syndicaux qui appréhendent les changements et s’enferment dans des schémas conservateurs sont issues du passé.
Voilà des années que ces mêmes syndicats profondément conservateurs promettent de changer les choses et des années que leurs paroles ne se traduisent pas par des actes concrets.
N’avons-nous pas entendu lors des négociations sur l’accord local de la part d’un responsable syndical la réflexion suivante : « vous avez oublié de numéroter le nombre de pagesà¢â‚¬Â¦. » ! un élément essentiel ? crucial !
La CFDT signera cet accord non seulement parce qu’il est historique à Bonvin, mais surtout parce qu’il laisse aux acteurs principaux ( les agents ), la liberté de choisir.
Au même titre que l’accord d’accompagnement CQC ( non signé par le même trio ), cet accord local ne sera pas signé, mais oseront-ils le dénoncer et interdire aux agents de se prononcer ?


Documents joints

Tract complet en PDF
Tract complet en PDF

Brèves

5 mai 2015 - Brochure d’accueil aux nouveaux salariés de La Poste

Vous venez d’arriver à La Poste, vous souhaitez des informations sur les contrats de (...)

12 mars 2015 - Accord Salarial 2015

Accord salarial 2015 Accord Cadre QVT 2013
Pour mémoire : Dispositions salariales pour 2014 (...)