SIÈGES : LIBERTÉ DU TRAVAIL !

Siège La Poste
mardi 5 février 2019
popularité : 8%

Les actions-rassemblements de SUD 92 (accompagnés parfois de personnes extérieures à La Poste) devant le Lemnys, Brune ou le Crossing, dégénèrent de plus en plus systématiquement en envahissements, dégradations, provocations, actes de violence, occupations de bureaux. Entre 50 et 80 personnes, en partie non grévistes ou non postiers, bloquent les entrées des locaux, et visent à tenter de profiter de l’ouverture des portes pour s’engouffrer dans les bâtiments. Les personnels des sièges, leurs visiteurs, sont pris en otage, soit en étant bloqués à l’intérieur, soit à l’extérieur, à plusieurs reprise depuis le début de l’année ! La CFDT, qui dénonce depuis longtemps les dérives de SUD 92, tient à apporter tout son soutien aux travailleurs victimes de ces agissements !

Mais les palliers franchis par SUD 92 méritent une réponse adéquate pour faire cesser ces troubles manifestement illicites ! La mini-guérilla mise en oeuvre par SUD 92, pâle reflet de l’époque révolue de l’agit-prop du siècle dernier, n’a rien à voir avec le syndicalisme, ni relèvent d’actions normales dans le cadre d’un conflit : ce sont des pratiques ultra radicales qui n’ont pas leur place dans le dialogue social ! Dialogue social dont ils ne veulent pas, car pour eux, cela veut dire trahison sociale ! En deux ans, SUD 92 n’a assisté qu’une seule fois aux réunions de dialogue mensuelles de la DSCC 92. En agissant ainsi, ils mettent en pratique une guerre totale avec l’entreprise pour imposer des revendications aussi peu crédibles que : l’arrêt de toutes les réorganisations pendant 5 ans, aucun déploiement de nouveaux services… qui masquent le principal motif de la grève démarrée il y a 11 mois : la réintégration de Gaël QUIRANTE, leader de SUD 92, licencié pour faute lourde. Ils ne servent donc pas les intérêts des postières et postiers !

L’utilisation de méthodes violentes en actes et en paroles participe d’une stratégie délibérée, pour provoquer une réaction de La Poste ou des forces de police, pour ensuite se faire passer pour des martyrs. Mais à ce jeu, ceux qui souffrent gravement sont les autres postiers du département (mais aussi les agents de sécurité du Lemnys), notamment les cadres, soumis à rude épreuve au quotidien, entre prise de parole, pressions, insultes et invectives, coups, vols de Factéo. Des militants et responsables CFDT ont eu eux aussi leur part de « pressions » durant toute la campagne électorale de 2018 ! C’est donc tout naturellement que SUD 92 a intégré le mouvement des gilets jaunes, et que les facebook de ceux-ci se font aujourd’hui l’écho des exploits de leur nouvel allié.

La liberté du travail est une liberté fondamentale, qui doit être respectée, conflit ou pas. La justice est normalement garante de cette liberté, mais face à ses carences,
C’EST A LA POSTE D’ASSURER LA LIBERTE DE TRAVAILLER !

La CFDT exige le respect des travailleurs des sièges ! Nous serons toujours à vos côtés pour défendre vos droits à la dignité et à travailler librement !


Documents joints

SIÈGES : LIBERTÉ DU TRAVAIL ! (Lemnys - (...)
SIÈGES : LIBERTÉ DU TRAVAIL ! (Lemnys - (...)

Brèves

5 mai 2015 - Brochure d’accueil aux nouveaux salariés de La Poste

[Vous venez d’arriver à La Poste, vous souhaitez des informations sur les contrats de (...)

12 mars 2015 - Accord Salarial 2015

Accord salarial 2015 Accord Cadre QVT 2013
Pour mémoire : Dispositions salariales pour 2014 (...)